Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Annecy ma ville
  • Annecy ma ville
  • : Des photos mais aussi l'actualité et l'histoire de la ville , des recettes aux saveurs savoyardes , et les visites à ne pas manquer !
  • Contact

Evènements

Les musées de l'agglomération d'Annecy
( Palais de l'Ile , Musée Château , CIAP , CITIA conservatoir d'art et d'histoire ) sont ouverts jusqu'au 31 Mai tous les jours sauf le mardi de 10h à 12h et de 14h à 17h . A partir du 1er Juin , tous les jours de 10h à 18h. Ils sont gratuits tous les 1ers dimanche du mois .

Deuxième mercredi de chaque mois
Hôtel de Novel
Concerts avec le Jazz Club
Rens: Jazz club d'Annecy 0450511540

Troisième jeudi de chaque mois de 12h15 à 13h45
Musée château
Conférences-buffets
Attention : Réservation Indispensable 0450338734

Tous les mercredis à 20h30
Brise-glace
Concerts gratuits , découverte de la scène locale
rens: Brise-glace 0450336510 ,
www.le-brise-glace.com , info@le-brise-glace.com

Tous les 1ers dimanche du mois
Un dimanche gratuit au musée
Rens: Musées de l'agglomération annécienne  0450338730
 

      

L'Agenda complet

 Ici 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

La citation du mois

" Il faut prendre le temps comme il vient

les hommes comme ils sont

et l'argent pour ce qu'il vaut. "

Proverbe savoyard

 


SCOOP !!!
L'Annecy blog dans l'Essor savoyard

Archives

Le temps passe...

7 janvier 2008 1 07 /01 /janvier /2008 00:56

undefined

Ce bâtiment , situé au centre d'Annecy , à deux pas de la mairie 
et face au lac , abrite le théâtre national, une bibliothèque
l'office du tourisme, des commerces et des bureaux.  
Il est également le point de rendez-vous de nombreux jeunes annéciens .
 

Votez pour ce site au Weborama 

Repost 0
Published by chrys - dans Annecy ma ville
commenter cet article
3 janvier 2008 4 03 /01 /janvier /2008 00:08

Pendant toute la période des fêtes , le centre commercial Courier 
a accueilli de drôles de petits habitants ...
 

undefined

Rehaussé de son habit de Noël, Courier devient magique : Un sapin de Noël de 8 mètres scintille de mille feux et tout autour, des automates s’affairent dans un décor neigeux. Au cœur de Courier, deux maisons de poupées géantes en bois sur plusieurs étages font le bonheur des enfants. Enfin, la verrière s’illumine d’une multitude de guirlandes, de lustres et de boules géantes : Un spectacle qui séduit autant les parents que les enfants.

Les décorations seront encore visibles jusqu'au 5 Janvier ...
Allez vite en profiter si vous ne l'avez déjà fait !
________________


Placé sur l’Esplanade de Courier jusqu'au 6 janvier inclus, 
un carrousel 1900 avec chevaux de bois accueillera 
les enfants pour un instant magique de plaisir et de jeu

undefined



Face au Centre Courier, la Place Saint François de Menthon accueille une patinoire géante, dont l’accès est gratuit. Elle est ouverte tous les jours : du 1er décembre au 6 janvier inclus de 10h à 19h30 et du 7 au 21 décembre de 10h à 21h. Location de Patins à Glace : 3,50€

Autour de cette patinoire, vous trouverez des chalets qui vous proposeront des gourmandises pour égayer votre après-midi.  

Un petit diapo cadeau rien que pour vous pour terminer !

 

Votez pour ce site au Weborama 

 
Repost 0
31 décembre 2007 1 31 /12 /décembre /2007 00:59

untitled.jpg

Que l'année 2008 vous soit profitable , 
pleine de bonheur et d'amour ...

Votez pour ce site au Weborama 

Repost 0
Published by chrys
commenter cet article
27 décembre 2007 4 27 /12 /décembre /2007 00:12

undefined

Voilà déjà 100 ans que les promeneurs empruntent le "Pont des Amours" , nommé à l'origine "passerelle du jardin public". Un premier projet de frachissement du canal du Pâquier figure dans le plan d'aménagement du Clos Lombard ( actuels Jardins de l'Europe ) de l'architecte Genevois Samuel Vaucher-Crémieux en 1836.
Cette opération immoblière n'aboutira jamais mais le pont trouve une concrétisation éphémère en juin 1845 à l'occasion de la visite solennelle de Charles-Albert , Roi de Piémont-Sardaigne. Pour faciliter la circulation des spectateurs venus admirer l'illumination nocturne du canal du Pâquier , l'architecte Louis Ruphy avait jeté une passerelle en bois à l'entrée du canal qui sera démolie quelques mois plus tard. En 1855 , le conseil municipal envisage sérieusement de relier le Pâquier au jardin public nouvellement aménagé . L'architecte communal Ignace Monnet propose une passerelle métallique d'une seule arche qui ne verra jamais le jour. Il faut attendre 1859 pour que le passage entre le Pâquier et le Champs de Mars se concrétise. On a finalement opté pour un pont plat à trois arches en fonte , oeuvre du serrurier Claude Grandchamp. Mais au début du XXème siècle, les jours du premier Pont des Amours sont comptés. Un rapport de l'architecte municipal Gaspard Fruaüf conclut qu' "il n'est pas dans l'intérêt de la municipalité de maintenir cette passerelle dans les conditions actuelles en raison des dépenses continuelles qu'elle nécessite ". Aussi le pont ne répond plus aux besoins de circulation modernes. Au souci de construire une passerelle large, solide et sûre s'ajoute celui de réaliser un ouvrage esthétique. On confiera cette entreprise à l'annécien Charles Galletto. L'ouverture officielle de cet ouvrage à la circulation publique a lieu le 9 Juin 1907 à l'occasion de l'inauguration du monument Eugène Sue. Pour assurer le succès populaire de cette manifestation, le comité d'organisation ne lésine pas sur les attractions : inauguration de l'école des Balmettes, concours de la race d'Abondance , concours de bicyclettes fleuries, concerts, feux d'artifice, fête vénitienne , lancement d'un ballon aérostatique ...  Les journaux relatent l'évènement , notamment l'Avenir savoyard. Le soir de la fête , le pont est illuminé avec des ampoules colorées rouges et jaunes grâce à la Société des forces du Fier qui fournit gratuitement l'électricité , énergie disponible depuis peu à Annecy.


Votez pour ce site au Weborama 

Repost 0
Published by chrys - dans Les monuments
commenter cet article
24 décembre 2007 1 24 /12 /décembre /2007 00:00

  

Du bonheur , de l'amour et de la chaleur pour chacun d'entre vous...


Votez pour ce site au Weborama 

Repost 0
Published by chrys - dans Annecy ma ville
commenter cet article
17 décembre 2007 1 17 /12 /décembre /2007 00:22

Un petite réédition aujourd'hui car je n'ai pas eu le temps de vous préparer un nouvel article ... 

Aujourd'hui devenu l'emblême et le porte-bonheur des pays de Savoie  les petits ramoneurs , n'avaient pourtant pas la vie facile .Ramoneur

La tradition des petits ramoneurs remonte au XIX ème siècle . Pour fuir la pauvreté de leur famille nombreuse certains enfants partaient sur les routes pour aller ramoner les cheminées des villes.Le ramonage était mal payé mais les parents des familles pauvres acceptaient malgré tout que leurs enfants fassent ce travail. Dès six ans , les enfans partaient donc sillonner les routes de France avec un maître ramoneur. Chaque maître ramoneur avait sa tournée et malheur à qui s'avisait d'aller chasser sur les terres d'autrui ! Des rixes violents s'ensuivaient . Les enfanst voyageaient pieds nus pour économiser les sabots. Ils faisaient 40 à 50 km par jour , les plus forts d'entre eux chargés de marchandises, et le plus souvent la nuit pour échapper à la police , à l'affût de toute sorte de mendicité. Ils ramonaient avec un hérisson, mais du fait de leur petite taille , on les faisait aussi grimper à l'intérieur des conduits des cheminées pour les râcler . Arrivés en haut , ils criaient "haut en bas !"  la suie récupérée dans des sacs ( qui leur servaient aussi de couvertures ) était ensuite revendue à des usines. 

Ramoneur

Le maître ramoneur leur imposait 14 à 15 heures de travail par jour et ce, tous les jours de la semaine. Plus question bien sûr d'apprendre à lire ou à compter.Pour se rendre à la messe le dimanche , ils devaient en acheter le droit au patron. Les maîtres ramoneurs étaient pour la plupart d'anciens ramoneurs devenus trop grands pour grimper dans les cheminées. Ils étaient responsables d'une équipe de trois à six enfants qu'on appelaient farias. Tous travaillaient pour un patron. Les petits ramoneurs sont mal et insuffisamment nourris , se contentant de pain noir et dur et d'une soupe ou d'une bouillie de maïs. Le maître ramoneur récoltait l'intégralité de l'argent , et n'hésitait pas à battre les enfants pour récupérer aussi les pourboires qui leur étaient versés. Ils étaient chargés de leur fournir en échange des vêtements neufs et des chaussures , un logement et le matériel de travail. Quand les enfants rentraient dans leur famille en mai , le maître ramoneur reversait à leurs parents une somme d'argent équivalente au prix d'un veau. Ils se consacraient alors au travaux des champs.

Ramoneur

Malheureusement il arrivait que les petits ramoneurs meurent de froid ou la tête fracassée suite à une chute. Ils tombaient souvent malade à cause de la suie : maladies respiratoires , allergies , cécité. Les journaux et les tribunaux retentissent d'histoires tragiques : enfants abandonnés au bord des routes, frappés , plaies et membres brisés , gangraines...

Une enquête est lancée sur la situation des petits ramoneurs en Savoie et Haute-Savoie. Hyppolite Dieu , premier préfet de la Savoie , le 15 janvier 1863 , réglemente par arrêté l'apprentissage et les contrats des enfants : ni les files , ni les garçons de moins de 12 ans ne pourront être engagés.

Les lois françaises de 1874 et 1892 découragèrent les maîtres ramoneurs à employer les enfants et ils furent contraints de changer leurs méthodes de travail.

Il faudra attendre 1914 pour qu'il n'y ait plus d'enfants apprentis ramoneurs. En 1920 , la profession est cadrée dans une organisation précise.

 Ramoneur

Votez pour ce site au Weborama

 

Repost 0
13 décembre 2007 4 13 /12 /décembre /2007 00:52

Louis Armand (1905-1971)

Ingénieur, personnage clé du perfectionnement du réseau ferroviaire français. Dès 1943, il organise la Résistance-Fer et devient Directeur de la SNCF après la Libération. Premier président de la Commission européenne de l'énergie atomique (Euratom). Il est déclaré Citoyen d'honneur d'Annecy en 1960 puis devient membre de l'Académie Française en 1963.
Une rue d'Annecy porte son nom.

Claude Louis Berthollet (1748-1822) (Clic )

portrait de Claude Berthollet

Chimiste né à Talloires. Il participe à la campagne d'Egypte,
devient Sénateur Comte puis Grand Officier de la Légion d'honneur.
Il poursuit ses recherches scientifiques à Montpellier. 
Un lycée et une rue d'Annecy portent son nom.

Cardinal de Brogny (1342-1426)

portrait du cardinal de Brogny

Jean Alarmet, après de sérieuses études, s'installa à Avignon
puis fonda le couvent des Dominicains (actuelle église Saint Maurice).
Une avenue d'Annecy porte son nom.

Sadi Carnot (1837-1894)

Ingénieur et homme politique, il est intervenu à Annecy lors de la conception d'un dispositif de vannes sur le Thiou et le Vassé pour régulariser le niveau du lac.
Une école et une rue d'Annecy portent son nom.

Sainte Jeanne de Chantal (1572-1641)

Fondatrice, avec François de Sales, de l'Ordre de la Visitation, canonisée en 1768, patronne des mères de famille et des veuves.
Son corps repose à la Basilique du monastère de la Visitation à Annecy.

Eustache Chappuis (1499-1556)

portrait d'Eustache Chappuis

Chanoine de la Cathédrale de Genève puis Ambassadeur à la cour du Roi d'Angleterre, Henri VIII.
Il crée au XVIe siècle un collège renomé qui ne fermera ses portes qu'en 1888
avec la construction de Berthollet. Un des quais d'Annecy porte son nom.

Antoine Favre

Littérateur, juriste et fondateur de l'Académie florimontane en 1607 en compagnie de Saint-François de Sales. Il est l'auteur du code Fabrien en usage jusqu'à l'avénement de Napoléon 1er.

Jean-Jacques Rousseau (1712-1778) ( Clic )

Ecrivain et philosophe. Annecy conserve de nombreux souvenirs de l'auteur des "Confessions", dont la "Balustre d'Or" rappelant sa rencontre avec Madame de Warens. Une rue d'Annecy porte son nom.

Saint François de Sales (1567-1622) ( Clic )

Après des études de juriste, il devient Evêque d'Annecy et fonde, avec Sainte Jeanne de Chantal, l'Ordre de la Visitation en 1610.
Patron des journalistes et des écrivains. Sa dépouille funéraire est conservée dans la Basilique du monastère de la Visitation à Annecy.

Germain Sommeiller (1815-1871)

Ingénieur, à l'origine de la percée du Mont Fréjus grâce à une machine perforatrice à air comprimé dont il fut le créateur. 
Un lycée et une rue d'Annecy portent son nom.

Eugène Sue (1804-1857)

Romancier populaire rendu célèbre par "Les Mystères de Paris". Il a vécu ses dernières années à Annecy-le-Vieux.
Sa sépulture est conservée au cimetière de Loverchy.

Claude Favre de Vaugelas (1585 - 1650)

Grammairien français savoyard . Une école et une rue d'Annecy portent son nom.

Les noms soulignés et suivis de (clic) ont fait l'objet d'un article



Votez pour ce site au Weborama 

 

Repost 0
10 décembre 2007 1 10 /12 /décembre /2007 00:31

A l’affiche cette année :

  • Le marché de Noël – quai Napoléon III – du samedi 1er au dimanche 23 décembre inclus – de 11h à 19h les lundis, mardis, mercredis et jeudis ; de 10h à 20h les vendredis et samedis et de 10h à 19h les dimanches.

  • La foire St-André – centre-ville – mardi 4 décembre de 8h à 20h.

  • Noël des Alpes à Courier – Centre Courier – du lundi au samedi, de 9h30 à 19h30 (Monoprix de 9h à 21h), ouverture exceptionnelle les dimanches 16 et 23 décembre, de 10h à 19h.

  • Le Marché de Noël à l’Impérial PalaceImpérial Palace – du 1er au 23 décembre. ( diapo ci-dessous )

  • Le petit train de Noël – dans toute la ville – du samedi 1er au lundi 24 décembre de 13h30 à 18h30 (sauf le mardi 4 décembre) ( diapo ci-dessous )

  • "Noël solidaire"Bonlieu, salle Eugène Verdun – samedi 15 décembre, de 10h à 18h.

  • Le chant des NoëlsCathédrale St-Pierre, salle Pierre Lamy et espace Pierre-Favre – du 4 au 27 décembre.

  • Vivre Noël aujourd’hui... - espace Pierre-Favre et églises de la ville – du samedi 1er au dimanche 23 décembre.

  • L’arrivée du Père Noël à Annecy ! - centre-ville et Bonlieu – 22 décembre dès 14h30.

  • Exposition de peinturesBonlieu, 1ère galerie – du 1er au 31 décembre.

  • Animations de Noël du comité de quartier nord d’Annecy – du 15 au 23 décembre.

  • Les lumières de la ville – lancement de la mise en lumière : vendredi 30 novembre à 17h30, place de l’Hôtel de Ville.

  • Noël dans le vieil Annecy – du 6 au 29 décembre, les jeudis et samedis.

  • Les Haras nationaux fêtent Noël – Haras nationaux – du mercredi 19 au samedi 22 décembre, de 14h à 17h.

  • L’authentique hameau du Père Noël au col du Mont-Sion

  • Concours de décorations et d’illuminations de Noël – inscriptions jusqu’au 8 décembre !

  • Noël Coeur d’érable avec Artootem – Pâquier, Bonlieu – du 11 décembre 2007 au 2 janvier 2008

    Pour en savoir plus : rubrique documentation, avec dépliant à télécharger
     

 

Votez pour ce site au Weborama 

Repost 0
6 décembre 2007 4 06 /12 /décembre /2007 00:37
L'empereur Lothaire , l'un des fils de Louis le débonnaire , résida au début du IXème siècle dans la cité d'Annecy. Durant son séjour, long de plusieurs années , il logea dans la forteresse qui s'élevait à l'époque sur l'emplacement du château de Nemours. Ce monarque , de l'empire de Charlemagne , avait épousé une princesse , du nom de Tiedtberge. Tout d'abords sans nuages, l'union ne tarda pas à s'assombrir en raison de l'insconstance de Lothaire , qui s'interessait de fort près aux dames de compagnies de la reine. Celle-ci, jalouse , ne supportait plus ses infidélités continuelles et faisait des reproches à son époux. Las des ces scènes et désireux de reconquérir sa liberté , il songea alors à se débarrasser de sa femme et pensa la faire disparaître dans l'une des oubliettes du château. Cependant Lothaire , d'un naturel fort pieux , ne put se résoudre à commettre le crime et se contenta de faire enfermer sa femme légitime dans un des plus sombres cachots de la forteresse, après l'avoir fait passer pour folle auprès de son entourage . 
La reine ne tarda pas à s'ennuyer et à dépérir dans sa prison dont le froid et l'humidité altéraient sa santé . La folie l'aurait certainement gagnée sans l'aide d'un chapelain , plein de compassion , qui venait chaque semaine lui apporter les consolations de la religion, ainsi que l'espoir d'une délivrance , à laquelle il s'activait . A l'heure dite , suivant les instructions données par le chapelain, Tiedtberge monta au sommet de la tour et assujettit avec soin son échelle. 
Dans la nuit sombre, elle entama sa descente, accueillie à son arrivée au sol 
par deux religieux qui lui firent endosser une souquenille et la conduisirent 
en hâte , à dos de cheval , à l'abbaye de Talloires. Lorsque le moment fut venu de relever la sentinelle , les gardes la trouvèrent à leur grand étonnement , étendue sur le sol. Réveillé par l'alerte , Lothaire vint aux nouvelles. Il entendit alors balbutier des paroles dénuées de sens desquelles s'échappaient vaguement des mots tels " reine , diable , cheval " . Lothaire se précipita vers le cachot de la reine trouva la porte grande ouverte , et entra dans une violente colère. Le chapelain ne fut pas le moins du monde soupçonné et continua d'exercer ses fonctions comme par le passé. Jamais le mari infidèle n'eut de nouvelles de son épouse. 

16-septembre-07-018.jpg




  C'est en souvenir de cet évènement que cette partie de la forteresse pris le nom 
de " Tour de la reine ", qui lui resta au fil des siècles.

Votez pour ce site au Weborama 

Repost 0
3 décembre 2007 1 03 /12 /décembre /2007 00:57

Ingrédients: 4 oeufs, 100g de sucre en poudre, 1 sachet de sucre vanillé , 50g de farine tamisée, 50g de fécule de pommes de terre, 1 noix de beurre , 30g de sucre cristallisé.

Après avoir séparé les jaunes des blancs d'oeufs, monter les blancs en neige . 
Dans un saladier, mélanger les jaunes, le sucre en poudre et le sucre vanillé. Fouetter afin d'obtenir une préparation mousseuse et ajouter la farine et la fécule. Introduire les blancs petit à petit et mélanger doucement avec une cuillère en bois dans un mouvement de bas en haut pour éviter de casser les blancs. 
Beurrer un moule à biscuits , parsemer de sucre cristallisé. Verser la préparation au deux tiers du moule. 
Faire cuire dans un four doux , à 160 degrés ( th 5-6 ) 40 mn environ.



Régalez-vous et bon appétit !

Votez pour ce site au Weborama 

Repost 0
Published by chrys - dans Saveurs locales
commenter cet article

Articles Récents